RPG sur l'univers Star Wars

Star Wars Univers : Price of Liberty
 
AccueilA la Une !CalendrierGalerieFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Deran le novice

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Deran le novice   Ven 22 Avr - 12:50


DERAN RENN ~ Le novice


Race : Humain

Planète d'origine : Taris

Âge du personnage : 12 ans

Allégeance : Destiné à devenir un Jedi

Poste occupé : Padawan

Armes et vaisseau : Ongles et dents

Pouvoirs de Force (pour le jedi/sith) : Ne maîtrise parfaitement aucun pouvoir

Célébrité d'avatar : Sasuke

Code de Validation :

Quelque chose en plus ? J'attends qu'un gentil Jedi vienne me récupérer !

~ Traits de caractère ~


Loyal - Faible physiquement - Bienveillant - Naïf - Patient - Peut se montrer arrogant envers ceux qui parlent trop à son goût - Diplomate - Timide et réserve - Discipliné et obéissant - N'ose pas contredire les autres -


~ Histoire ~










I. L’enfant qui n’avait jamais vu la lumière




         Deran est né dans la ville souterraine de Taris, lieu le plus profond de la planète, sorte de prison, où les parias sont jetés par les différents gangs de la ville basse. Il n’a malheureusement jamais connu ses parents. En effet, le chef du village, Borak, prétend qu’ils étaient des personnes importantes de la ville haute, mais qu’ils avaient refusé d’aider des gangs de la ville basse. Ces derniers auraient enlevé leur fils, et l’auraient exilé dans la ville souterraine. Deran ne savait pas quoi en penser, mais il préférait se dire qu’il était né ici. De plus, Deran n’a pas grandi seul.


En effet, Amselem, le vieux « sage » du village s’occupait de lui. D’après Borak, ce dernier aurait été une sorte de diplomate-soldat dans sa jeunesse. Mais lui aussi se serait fait enfermer par les gangs, peu avant l’arrivée de Deran. Ce que Borak ne savait pas, c’est que si Amselem s’était mêlé des affaires des gangs, c’est parce qu'il avait été missionné par les parents de Deran, qui voulaient retrouver leur fils. Malheureusement, il fut enfermé en bas avant même d’avoir pu obtenir plus d’information. Si Amselem avait auparavant appartenu à l’Ordre Jedi, son âge avancé et sa vision philosophique différente de la Force, ont fait qu’il avait décidé de raccrocher son sabre. De plus, il sentait qu’il ne lui restait plus que quelques années à vivre, il devenait physiquement de plus en plus faible, sa vue s’affaiblissait. Toutefois, la Force semblait persister à lui envoyer des signes… Comme s’il avait encore un rôle à jouer dans la galaxie. C’est avec cette conviction qu’il a commencé à travailler comme conseiller/diplomate/enquêteur. C’est ainsi qu’il rencontra les parents de Deran, avant de finir enfermé dans la ville souterraine. D’après Borak, il essayait de trouver un moyen de s’échapper pendant de nombreux jours. Mais quand Deran arriva, il avait aussitôt cessé ses tentatives. Borak aimait dire qu’il « avait enfin compris qu’il n’y avait plus aucun espoir ». Pour Amselem cependant, ce fut tout le contraire. Il venait de comprendre ce que la Force attendait de lui.

Amselem s'occupait de l’éducation de Deran. Bien que ne disposant pas de moyen de lecture, il enseignait sa philosophie de la vie, qui était qu’une « force » liait tous les éléments de l’univers. Cependant, il ne parlait jamais de la Force en elle-même, car il ne voulait pas que son apprenti ait soif de pouvoir, et essaye de quitter le sous-sol par tous les moyens. Il ne voulait pas non plus le frustrer en lui parlant de choses qu’il n’arrivait pas encore à maîtriser.

En plus de lui apprendre la méditation depuis tout petit, il lui apprit aussi à se battre avec une arme à partir de l’âge de cinq ans. Il lui enseignait le Shii-Cho, puis le Soresu, style que le conservateur Amselem pratiquait quand il était encore en capacité de se battre. Il avait toujours préféré ce style aux autres, quand il était jeune. De plus, ne disposant pas de sphère d'entraînement ou même d'adversaire, c'était le seul style qu'Amselem pouvait enseigner dans ces conditions. Une journée type de Deran se résumait à écouter les enseignements d’Amselem, avant d’effectuer ses tâches pour le village. Puis suivait un entraînement au combat, précédé et succédé par de longues séances de méditation. Si l’enseignement d’Amselem avait un but précis, pour Deran c’était uniquement un moyen de faire autre chose que du bricolage. Bien qu’il retenait tout ce que lui enseignait Amselem, en particulier car il n’avait pas d’autres choses à apprendre, il ne comprendra que plus tard le véritable sens des paroles du vieux sage.

Pour se nourrir, Borak envoyait les enfants essayer de trouver quelque chose dans la déchetterie des étages supérieurs, car seuls eux pouvaient emprunter les minuscules passages pour y accéder. Borak sentait aussi que Deran était spécial. Contrairement aux autres enfants, il ne semblait pas pressé de sortir, se satisfaisant de ses conditions de vie actuelles. De plus, même si Deran était maintenant trop grand pour rentrer dans les petits passages, il arrivait à coordonner les enfants, grâce à son calme rassurant, et au respect qu’il leur inspirait. De son côté, Borak avait plutôt recours à la violence pour se faire entendre. Cela s’explique par le fait qu’il soit un ancien criminel de la ville basse, mais qu’il avait été balancé ici pour des raisons « professionnelles ». Il s’était autoproclamé chef du village, car les gangs lui avaient laissé quelques armes, à la condition qu’il force les habitants à coopérer. S’il remboursait sa dette ainsi, il pourrait peut-être revenir à la surface.

Borak forçait donc tous les villageois à travailler. Parfois, des voyous de l’étage supérieur venaient lui donner main-forte momentanément. Cela rendait Deran furieux, et il haïssait Borak pour cela. Il le méprisait au plus haut point. Deran aurait préféré que Borak les préviennent au lieu de les menacer. Ils se seraient tous enfoncés dans les souterrains pour se cacher, ce qui était assez facile quand on connaît un minimum les environs. Cependant, Borak voulait absolument remonter, et même s’il savait qu’il n’y avait que peu de chances que cela se produise, il voulait continuer d’y croire, prêt à tout pour arriver à ses fins. Amselem comprenait la colère de son apprenti, lui qui était pourtant l’enfant le plus calme du village. Mais il essayait de la tempérer, en lui expliquant que si Borak agissait ainsi, c'était parce qu'il avait peur, peur de mourir ici. Et que la peur pousse les gens à commettre des erreurs. A ceci, il rajoutait toujours les mêmes paroles :


Il n'y a pas d'émotion, il y a la paix.
Il n'y a pas d'ignorance, il y a la connaissance.
Il n'y a pas de passion, il y a la sérénité.
Il n'y a pas de chaos, il y a l'harmonie.
Il n'y a pas de mort.


Deran ne comprenait pas vraiment ce que cela signifiait. Quand il demandait à Amselem de lui expliquer, ce dernier lui répondait qu’il comprendrait en temps voulu.

Ce que Deran ne savait pas, c’est que Borak avait réussi à emporter avec lui une clé, qui permettrait d’activer l’ascenseur menant à la surface. Amselem l’avait appris quand il cherchait un moyen de remonter. Malheureusement, ce même ascenseur était surveillé par les gangs, car ils se servaient des habitants du souterrain comme main d’œuvre. En échange, les gangs venaient parfois sélectionner des citoyens qu’ils faisaient remonter en haut. Ce qu’ils ne disaient pas cependant, c’était qu’ils utilisaient ces personnes comme rats de laboratoire, comme bétail dans l’arène, ou pire encore, comme « donneurs » d’organes.

Un jour, ce fut au tour de Deran d’être choisi. Alors que cela devait être le plus beau jour de sa vie, car il allait enfin être libéré, il eut un mauvais pressentiment. Toutefois, il n’eut pas le temps d’écouter son instinct, qu’il était déjà dans l’ascenseur, prêt à monter, et encadré par deux mercenaires. Alors que les portes allaient bientôt se fermer, il vit le sourire d’Amselem, ce qui l’emplit de joie. Le vieil homme pensait qu’il était l’heure pour Deran d’enfin quitter cet endroit. La santé de l’ancien Jedi se dégradait de jours en jours, il était devenu quasiment aveugle maintenant. Il était tellement heureux de « voir » son petit garçon quitter les souterrains, qu’il ne se rendait pas compte de la perturbation dans la Force. Il avait laissé ses émotions prendre le pas sur sa sensibilité avec Elle. Avant que Deran n'eut eu le temps de faire quoique ce soit, les portent se refermèrent, les deux criminels l’attrapèrent et l’étranglèrent. Il perdit connaissance.


II. Ce n’était qu’un au revoir


         Quand il se réveilla, il avait un sac de toile sur la tête. Il ne voyait rien et avait du mal à respirer, mais il sentait qu’on l’attrapait par les bras, et qu’il se faisait traîner dans une direction inconnue. Supposant qu’il ne lui restait plus longtemps à vivre, il n’essaya même pas de se relever ou de se débattre, et il commençait à penser à ses dix premières années passées, à ce qu’il avait pu accomplir pour le village, et à tout ce qu’il allait rater. Finalement, il sentit la fin se manifester par des tambours bruyants, le brouhaha d’une foule, et l’odeur du sang.

Il fut jeté au sol et on retira le sac de toile de sa tête. Il se trouvait sur un énorme terrain de sable, entouré par des gradins remplis de centaines de spectateurs, prêts à voir cet enfant perdre la vie pour leur plaisir sadique. Il leva les yeux, et vit un vieil homme d’une soixantaine d’années, en léger surpoids, qui avait les cheveux blancs, et qui arborait un sourire dérangeant avec ses dents blanches pointues et mal-alignées. Il avait une armure, et possédait dans chaque main une barre en acier. Il sourit, et en lança une à Deran. Le jeune garçon comprit le message, rampa vers l’arme, la prit et se releva.

Une fois debout, il regarda les yeux bleus et froids du vieillard. Ce dernier lui fit alors signe d’attaquer. Deran commençait à faire un pas vers le vieil homme, puis s’arrêta. De toute façon, il allait mourir… Donc pourquoi accorder à la foule le plaisir de le voir lutter ? Il jeta son arme à terre, et regarda son adversaire dans les yeux, impassible. Le vieux briscard en face avait l’habitude. Parfois, les enfants qu’il avait en face de lui ne faisaient rien, paralysé par la peur. Il se dirigea vers Deran, arme à la main pour le « réveiller ». Cependant, il avait tort. Deran n’avait pas peur. Les enseignements d’Amselem lui avait appris à ne pas craindre la mort. C’était une page nécessaire à écrire, avant de passer au livre suivant. Il savait que toute personne finit par mourir. Et Deran n’avait aucune raison de s’accrocher à sa vie, qui n’avait aucun but. Il voulait juste laisser une trace dans le monde, comme le gamin qui n’avait pas peur de la mort.
Le vieil homme lui donna un premier coup moyen dans le bras, avant de ricaner, et de tourner autour de Deran, qui n’avait pas bronché.

- C’est bien mon garçon ! Continue comme ça, surtout ne bouge pas ! J’adore quand on me facilite le travail ! dit-il de sa voix désagréable

Il se remit à le frapper, cette fois par derrière. Deran « sentit » le coup venir, et pu accompagner le choc en commençant à bouger son corps dans le sens de la frappe. L’impact le fit tomber, mais il se releva calmement, et continuait de regarder devant lui, ignorant le vieillard.

- Je vois qu’on veut jouer au dur ! Ne t’inquiète pas, je vais te faire pleurer !

L’homme se remit devant lui. Il voulait effrayer Deran, mais ce dernier le trouvait plutôt ridicule. Un sourire apparut au coin de la bouche du petit garçon. Quand le vieil homme s’était mis devant lui, Deran avait envisagé de fermer les yeux pour en finir avec une dernière image plus sympathique et familière. Il pensait à Amselem… si seulement il savait où son élève était…

Mais finalement, Deran décida de regarder son bourreau dans les yeux. Il voulait lui montrer qu’il n’avait toujours pas peur, même s’il trouvait ça lui-même ridicule : s’il avait eu une autre vie, peut-être n’aurait-il pas souri comme ça. Peut-être devait-il être triste en ce moment ? Peut-être qu’Amselem se trompait et qu’il devait avoir peur ? Mais il ne ressentait rien, si ce n’est du vide.

- Adieu mon garçon ! Je vais enlever ton petit air prétentieux !

Il abattit son arme sur l’épaule droite de Deran, aussi fort qu’il le pouvait. Alors que l’arme toucha son épaule, Deran sentit une douleur atroce, bien pire que celles qu’il avait pu ressentir avant aujourd’hui. Accompagnant cette douleur, il entendit un horrible son de craquement provenant de sa clavicule. Il s’effondra au sol : ça y est, c’était bientôt fini.

La tête contre le sol, il ne bougea plus. Contre son gré, des larmes commencèrent à couler sur le sable de l’arène, sa souffrance s’intensifiant à chaque fois qu’il contractait les doigts de sa main droite. Il entendit alors l’homme, ses pieds se rapprochant peu à peu de la tête du jeune garçon. Il sentait qu’il préparait le coup final, en levant son arme au-dessus de sa tête, prêt à la fracasser sur son crâne…

Soudain, un tir de fusil blaster retentit dans l’arène. Deran entendit la barre d’acier tomber à terre, puis le corps du vieil homme s’effondra au sol à son tour. « Que se passe-t-il ? » se demandait Deran. Des tirs commencèrent à retentir dans toute l’arène. En effet, cela faisait plusieurs semaines que certains gangs complotaient pour tuer différents leaders présents dans l'arène. La bataille qui commençait sauva Deran. Il se releva péniblement, alors que les autres criminels étaient trop occupés à s’entretuer pour faire attention au petit garçon. Il lutta de toutes ses forces pour quitter le milieu de l’arène, pendant que la mort s’abattait autour de lui comme une vraie tornade meurtrière. Il avançait dans les couloirs de l’arène, s'égarant au fil des pas, avant de tomber nez à nez avec un garde. Celui-ci le regarda un instant… avant de pointer son blaster sur sa tempe.

Deran rassembla ses dernières forces pour lui demander d’une voix à peine audible :

- S’il vous plait…. aidez-moi….

Ses forces le quittaient, il ne savait même pas si le garde l’avait entendu. Alors qu’il s’effondra à genoux, le garde rangea soudain son arme, le prit par le bras gauche, et le traîna vers une destination inconnue. Deran finit par s’évanouir, ses dernières forces l’avaient quitté.

Quand il rouvrit les yeux, il était seul. Dans l’ascenseur de la ville souterraine ! Alors que la porte s’ouvrit, il fut accueilli par des enfants du villages qui traînaient par là. Dès qu’ils virent Deran, ils se précipitèrent vers lui. Deran leur demanda de chercher Amselem, un des garçons s’y attela. Mais c’est Borak qui arriva, lui demandant ce qu’il s’était passé. Deran insista pour voir Amselem, mais Borak exigeait une réponse. Deran ne dit rien, et planta son regard dans le sien. Finalement, Borak céda et l’emmena dans la cabane d’Amselem. Dès que Deran pénétra dans l’abri de fortune, il sentit que quelque chose n’allait pas…

Le vieil homme était allongé sur le côté, son dos face à Deran…

- Amselem…

Le vieux sage se retourna, lentement…

- Deran… ? Que s’est -il passé ?

Alors que Deran lui racontait sa mésaventure, il ne put retenir ses pleurs. Amselem, le prit dans ses bras. Il s’en voulut de son erreur de jugement. Il comprit qu’il ne lui restait plus longtemps à vivre, et que la Force commençait à le quitter. Quand Deran finit de raconter son histoire, Amselem lui demanda d’appeler Borak et de lui parler de la guerre des gangs qui avait eu lieu dans l’arène. Deran obéit.

- Donc tout le monde est en train de se massacrer dans l’arène ?
- J'imagine oui, je suis tombé sur un garde en rentrant, je suppose qu'après m'avoir déposé dans l'ascenseur il est retourné là-bas...
- Ça vaut le coup d'essayer.

Borak quitta immédiatement la cabane et donna des ordres à tout le village. Il ne savait pas ce qui l'attendait dehors, il ne voulait pas prendre le risque de quitter le sous-sol seul. Et puis, personne ne mérite de rester enfermé dans ce trou à rat.

- Que veut-il essayer ?
- Borak va préparer le village pour son départ… et tu vas le suivre.
- Je ne comprends pas Amselem…
- La voie est libre. Plus personne ne doit surveiller l’entrée de l’ascenseur… Vous devez tous partir.
- Mais… et vous ?
- Je resterai là… Je ne peux pas vous suivre, là où vous allez.… Mon heure est venue…Vas-y mon garçon, file ! Tes parents seraient fiers de toi… Moi je le suis en tout cas.

Amselem lui sourit encore, cette fois pour son vrai départ… Il fit signe à Deran de s’en aller d’un mouvement de main, avant de se mettre sur le dos et de fermer les yeux…
Il était toujours vivant, sa respiration était calme et régulière, comme quand il apprenait à Deran comment méditer. Pour la première fois de sa vie, le vieux Jedi voulait retarder sa mort pour pouvoir voir son apprenti embrasser sa destinée. Cependant, après plusieurs secondes de concentration, il sentit que la Force ne l’avait pas quitté… Mais qu’il l’avait juste ignorée, tellement il était heureux pour Deran. Il venait d’apprendre sa dernière leçon sur la Force.

- Merci pour tout, Amselem…

Deran sortit de la cabane du vieux sage... Son épaule lui faisait toujours mal, mais il ne pouvait pas y remédier dans l’immédiat. Les dernières personnes se dirigeaient vers l’ascenseur. Borak était toujours là.

- Allez bougez-vous ! Sauf si vous voulez rester ici.

Apparemment, l’entrée en haut était dégagée car l’ascenseur avait déjà fait plusieurs allers-retours pour faire monter tout le monde, la clé étant toujours dans les mains d’un homme qui faisait la navette.

Deran entra dans l’ascenseur, et ferma les yeux… Tout allait peut-être bientôt se terminer…
Alors qu’il avait les yeux fermés… Il eut… une sorte de vision. Il se vit lui-même, plus âgé, dans un habit blanc... Il se vit, tenant une épée de lumière bleue… Et il se vit, défendre des hommes, femmes, enfants… contre les ténèbres…
Il rouvrit les yeux, et fit face aux ténèbres qui étaient juste devant lui. Puis il pensa à Amselem…
Il se tourna vers Borak. Son affreux visage, défiguré par l’alcool, ses crimes et ses vices d’autrefois, ce visage qu’il avait maudit et haït… lui paraissait moins laid. Peut-être que lui aussi, faisait partie des personnes qu’il s’était vu défendre dans sa vision.

- Borak…
- Quoi ?
- Merci… merci pour tout…

Alors que Borak le regardait avec un visage confus, Deran lui sourit pour la première fois. Puis il sortit de l’ascenseur, la porte se refermant aussitôt derrière lui. Il reprit un chemin si familier, vers le village où il avait grandi.

Alors que les villageois sortaient de l’ascenseur, et que leurs yeux rencontraient pour la première fois la lumière du soleil, Deran continuait sa route dans les ténèbres, seul. Finalement, il entra dans la cabane d’Amselem. Ce dernier avait allumé une petite bougie, qu’il gardait apparemment pour cet instant. Deran s’installa à côté de lui, son corps illuminé par la lumière de la petite flamme. Amselem se tourna vers lui.

- Que fais-tu encore là ?
- Un jour, mon heure viendra… mais ce n’est pas maintenant.

Amselem se reconcentra sur la petite flamme. Son petit avait bien grandi.

- Approche toi mon garçon, que l'on guérisse ton épaule...


III. Ouverture


        Deran venait de finir l'enterrement de son mentor. Ce fut une épreuve très difficile, que ce soit physiquement dans une moindre mesure, mais surtout psychologiquement. Il n'avait jamais connu ses parents, mais il avait toujours considéré Amselem comme sa véritable famille. Deran resta un moment devant la terre qu'il venait juste de retourner. Il se remémorait les derniers instants qu'il avait vécu avec lui. Le vieil homme avait réussi à surprendre Deran une dernière fois en guérissant complètement son épaule, juste en imposant ses mains sur la zone fracturée. Il avait sourit une dernière fois à Deran, qui ne comprenait toujours pas par quel miracle ce qui venait de se passer était possible, avant de s’éteindre pour de bon.

Cela faisait dix bonnes minutes que Deran n'avait pas bougé. Pour la première fois, il se rendit compte du silence autour de lui. Vivant dans un village aux infrastructures précaires, et à la superficie finalement petite par rapport au nombre d'habitants, Deran avait été habitué aux bruits quotidiens. Même pendant ses méditations, Amselem enroulait un foulard, sur ses yeux et ses oreilles, pour qu'il puisse se concentrer. Deran avait toujours souhaité savoir ce qu'était un moment de calme pur, avec un silence qui lui permettrait de se reposer véritablement de ses longues journées de labeur. Maintenant, il l'avait son silence. Et il aurait donné n'importe quoi pour retrouver, ne serait-ce que le bruit d'un marteau.

Il était seul... Tout seul... A la même manière que le silence, il avait toujours souhaité pouvoir être seul. Qu'allait t-il faire maintenant ?

Puis Deran se souvint de sa vision dans l'ascenseur... Il ne devait pas se laisser abattre, il n'en avait pas le droit, Amselem avait placé de grands espoirs en lui ! Deran le sentait, si Amselem avait passé autant d'années à lui enseigner toutes ses choses, ce n'était pas pour rien! Il en avait la conviction, même s'il ne savait pas où tous cela allait le mener. Il rassembla son courage et décida de fouiller le village. Plus particulièrement, le bureau de Borak. Finalement, il y trouva un calepin électronique. Pour avoir dû en réparer des centaines pour les gangs, Deran l’alluma facilement. Apparemment, il retraçait une sorte d’itinéraire, qui conduirait à une « terre promise ». Deran rassemblait la nourriture restante du village, fit un dernier adieu à son mentor, puis quitta le lieu où il avait toujours vécu.

Après plusieurs heures de marche, il arriva finalement à cette « terre promise ». Malheureusement, si l’endroit portait peut-être bien son nom il y a des siècles, aujourd'hui il n’était plus qu’une ruine remplie de carcasses de droïde. Heureusement, il restait encore quelques boites de nourriture et un peu d’eau. Deran resta à cet endroit plusieurs jours. Il ne faisant rien, hormis se repasser les événements de l’arène en tête. Il repensait aussi aux enseignements d’Amselem. Puis il se remettait à la méditation et à la pratique du Soresu.

Au fil des heures de méditations, il sentait une sorte d’aura l’entourer. Il pensait que la solitude commençait à lui faire perdre la raison, et n’y fit pas plus attention. Mais après quelques jours, il pouvait ressentir pendant ses séances de méditation, une espèce de bourdonnement, comme si quelque chose essayait de communiquer avec lui, mais qu’il était sourd. Il essayait de se concentrer, mais il n’arrivait toujours pas à « entendre ». Cela le frustrait, mais il faisait de son mieux pour faire disparaître sa frustration, afin d’éviter de rendre l’exercice plus difficile, comme lui a enseigné Amselem. Il continuait donc sa routine quotidienne, essayant toujours d’écouter, en vain.

Finalement, la nourriture commença à manquer. Deran ne pouvant plus accéder à la déchetterie, il décida de retourner au village. Il allait tout compte fait mourir ici, là où il était né. Son berceau deviendrait son tombeau. Au moins, il aurait vu la lumière une petite fois, avec Amselem. Il serait près de son mentor, quand il s’éteindra à son tour. Même si le jeune garçon doutait qu’Amselem envisageait la fin de son protégé comme ça.

Alors qu’il n'était qu’à quelques minutes du village, les bruits sourds réapparurent, plus forts que jamais. Deran s’arrêta au milieu du chemin, se mit à genou et commença à méditer. Mais il n’arrivait pas à se concentrer au milieu de cette route, exposé comme jamais. Il vit alors l’entrée d’une grotte sur sa droite, creusée dans la pierre. Il s’y dirigea, laissant son sac de nourriture par terre. Il se contorsionna pour entrer dans l’étroite entrée, et s’agenouilla dans la minuscule grotte, qui en fait, ne laissait la place qu’à son corps. Il se mit à genou, et médita.

Cette fois, au bout de plusieurs minutes, il sentit qu’il arrivait à calmer les bourdonnements. Au bout de plusieurs dizaines de minutes, il n’entendit plus rien… Il commençait… à ressentir une sensation qu’il n’avait jamais expérimentée. Dans le silence de la cavité, le bruit de sa respiration commençait aussi à disparaître. Il lui semblait… voir... toucher… entendre... des choses qu’il n’avait jamais perçu avant… Il sentait la moindre goutte de sueur qui coulait sur sa peau…. Il lui semblait percevoir chaque mouvement d’air autour de lui... Il ne faisait plus qu’un avec l’énergie qui l’animait.

Après près de cinq heures plongé dans sa transe, il réussit enfin ! Alors qu’il était toujours en total communion avec son environnement, il entendit ce que cette « force » voulait lui dire. Une vision se forma. Il vit l’ascenseur, redescendre. Il le vit s’ouvrir, puis… la lumière qui enveloppait une personne, illumina toute la ville souterraine.

Heureux, satisfait, surpris, choqué, il ouvrit les yeux, et tout le travail qu’il avait mis plusieurs heures à mettre en place disparut, en une fraction de seconde. Il n’entendait plus rien… Il était sourd à nouveau.

Mais il sourit… et sortit de la grotte.










Revenir en haut Aller en bas
Jaina Organa Solo
Chevalier Jedi

avatar

Métier : Chevalier jedi
Nombre de messages : 171
Crédits galactiques : 1261

Feuille de route
Vaisseau ou speeder:
Armes utilisées (2 maxi):
Pouvoirs de Force:

MessageSujet: Re: Deran le novice   Ven 22 Avr - 21:23

Comme je te l'ai dit j'attends l'avis des autres admins Smile Mais c'est bien que tout le monde puisse aussi voir ta bio! Je te tiens au courant futur apprentis!


JAINA ORGANA SOLO

I'm daughter of Heroes, the Force is strong in my family.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Deran le novice   Sam 23 Avr - 12:19

Merci !

*croise les doigts*
Revenir en haut Aller en bas
Jaina Organa Solo
Chevalier Jedi

avatar

Métier : Chevalier jedi
Nombre de messages : 171
Crédits galactiques : 1261

Feuille de route
Vaisseau ou speeder:
Armes utilisées (2 maxi):
Pouvoirs de Force:

MessageSujet: Re: Deran le novice   Dim 24 Avr - 16:26

Hello, alors en dehors d'un petit point que je viens de te présenter en mp, ton inscription est validée Smile


JAINA ORGANA SOLO

I'm daughter of Heroes, the Force is strong in my family.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Deran le novice   Dim 24 Avr - 17:24

Voila Smile
Revenir en haut Aller en bas
Jaina Organa Solo
Chevalier Jedi

avatar

Métier : Chevalier jedi
Nombre de messages : 171
Crédits galactiques : 1261

Feuille de route
Vaisseau ou speeder:
Armes utilisées (2 maxi):
Pouvoirs de Force:

MessageSujet: Re: Deran le novice   Dim 24 Avr - 18:10

Parfait bienvenue parmi nous!


JAINA ORGANA SOLO

I'm daughter of Heroes, the Force is strong in my family.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jaina Organa Solo
Chevalier Jedi

avatar

Métier : Chevalier jedi
Nombre de messages : 171
Crédits galactiques : 1261

Feuille de route
Vaisseau ou speeder:
Armes utilisées (2 maxi):
Pouvoirs de Force:

MessageSujet: Re: Deran le novice   Dim 24 Avr - 19:43

Il ne te reste plus qu'à créer ton journal de bord et à répertorié ton avatar Smile


JAINA ORGANA SOLO

I'm daughter of Heroes, the Force is strong in my family.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Deran le novice   

Revenir en haut Aller en bas
 
Deran le novice
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Galerie d'un novice
» Petite partie de chasse entre novice [Libre et Nuage Nocturne]
» Un jeune PRODIGE de la norvège de 10 ans
» Sonnez hautbois, résonnez musettes...
» Sur la route d'Ondéron

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
RPG sur l'univers Star Wars  :: ADMINISTRATION - GUIDE DE L'AVENTURIER :: Passeports Galactiques :: Passeports validés-
Sauter vers: